Assurance dommages ouvrage : à quoi sert-elle ?
  • Partager sur :

Quel est l’intérêt d’une assurance dommages ouvrage ?

Les travaux de construction ou de rénovation ne se passent pas toujours comme on l’espère. Il n’est, en effet, pas rare de devoir faire face à des malfaçons ou à des vices. C’est justement tout l’intérêt de la souscription à une assurance dommages ouvrage, qui est, de toute manière, obligatoire dès lors qu’il est question de travaux de construction ou de rénovation. Concrètement, quel est l’intérêt d’une telle assurance, et quels sont les cas de figure qui sont couverts par cette dernière ? C’est ce que nous allons voir à travers ces quelques lignes.

Assurance dommages ouvrage : qu’est-ce que c’est ?

En quelques mots, l’assurance dommages ouvrage permet de couvrir les vices et les malformations constatés au moment de la construction ou de la rénovation d’un bâtiment sans avoir à attendre qu’une décision de justice ne soit rendue. Le maître d’ouvrage qui doit obligatoirement y souscrire peut ainsi être rapidement indemnisé afin de pouvoir lancer les travaux de réparation.

L’assurance dommages ouvrage fonctionne en complément de la garantie de responsabilité décennale, qui doit être souscrite par les entreprises participants à la construction. Concrètement, une fois que l’assuré a touché les indemnités de l’assurance dommages ouvrage, cette dernière obtient remboursement auprès de la garantie de responsabilité décennale. C’est pour cette raison qu’il est très important de s’assurer que les entreprises liées à la construction ou à la rénovation aient bien souscrit à cette garantie.

Les avantages de cette assurance

Les avantages de l’assurance dommages ouvrage sont nombreux.

En cas de malfaçons ou de vices constatés dans la construction ou la rénovation d’un bâtiment, elle permet d’obtenir rapidement les indemnités nécessaires au lancement des réparations. Ainsi, le maître d’ouvrage n’a pas à payer en plus pour des travaux qui auraient dus, initialement, être réalisés correctement. La construction d’une maison représente déjà un certain coût, comme on peut le constater dans cet article.

Le gain de temps est, lui aussi, très appréciable. L’attente d’une décision de justice déterminant la responsabilité des différents intervenants dans ce genre de cas peut être très longue, et prendre de longs mois. Avec l’assurance dommages ouvrage, les réparations nécessaires peuvent être réalisées rapidement.

Que couvre cette assurance ?

L’assurance dommages ouvrage couvre de nombreuses situations, mais en exclut d’autres. Il est donc préférable de savoir à quoi s’attendre pour ne pas avoir de mauvaises surprises.

Concrètement, au moment de la construction ou de la rénovation d’une maison, cette assurance permet de couvrir l’ensemble des vices et des malfaçons qui peuvent menacer la solidité, la destination ou l’habilité du bâtiment. Fuites au niveau de la toiture, bâtiment qui s’affaisse en raison de problèmes de fondations, fissures dans les murs… Tous ces problèmes peuvent trouver rapidement une solution grâce à l’assurance dommages ouvrage.

D’autres éléments sont concernés par cette assurance : par exemple, les équipements qui ne peuvent être dissociés de l’ouvrage sans risquer d’abîmer ce dernier. Si la dépose, le démontage ou le remplacement ne peuvent pas se faire sans risque pour la construction, alors, l’assurance de travaux de construction peut entrer en jeu pour permettre les réparations éventuelles.

Au contraire, certains cas de figure ne peuvent pas être pris en compte. C’est le cas lorsque, par exemple, un sinistre ou une catastrophe naturelle ont lieu. Ces événements relèvent de l’assurance professionnelle des entreprises qui participent à la construction ou à la rénovation. De plus, si des dégâts sont causés par l’assuré, ou si d’autres sont dus à un défaut d’entretien, là encore, l’assurance en question ne pourra pas intervenir.

Dans tous les cas, dès lors qu’il est question de travaux de construction ou de rénovation, il est obligatoire pour le maître d’ouvrage de souscrire à ce type d’assurance.