• Partager sur :

Tendances et développements dans le domaine du logement public

Quels sont les développements les plus importants dans le domaine du logement public ? Et surtout, qu’est-ce que cela signifie pour vous et votre municipalité ? Voici quelques experts qui expliquent leurs idées.

Dynamique dans le secteur de la location sociale

Dans les années à venir, beaucoup de choses vont changer dans le secteur de la location sociale. Suite à la révision de la loi sur le logement de Nouvelle par le ministre Blok, qui sera discutée par la Chambre basse du Parlement dans le courant de 2014, les sociétés de logement se concentreront sur ce que beaucoup considèrent comme leur tâche principale : la construction et la gestion de logements sociaux.

Les autres activités (construction dans le segment intermédiaire, développement de l’immobilier commercial) ne seront possibles que si des conditions strictes sont remplies. Bien sûr, cela a aussi des conséquences pour les municipalités. Non seulement le caractère des accords de performance changera, mais la nouvelle loi prévoit également une plus grande influence de la municipalité sur la politique des sociétés de logement.

Travailler ensemble sur la vie

Le marché du logement ne se limite pas aux frontières municipales. C’est pourquoi les municipalités doivent travailler ensemble sur les attributions de logements. Vous pouvez vous aider et vous stimuler mutuellement, apprendre les uns des autres et vous mettre d’accord sur les programmes et les phases à suivre ensemble. Mais comment donnez-vous forme à cette collaboration ? Et qu’est-ce que cela exige des municipalités concernées ? Et qu’est-ce que cela vous apporte ? En outre, une municipalité ne construit (généralement) pas de maisons.

La coopération dans le domaine du logement ne doit donc pas se limiter à la coopération municipale. Les sociétés de logement sont un partenaire de coopération logique pour les municipalités, mais d’autres parties telles que les agents immobiliers, les promoteurs, les investisseurs et les constructeurs peuvent également contribuer à la politique du logement. Comment impliquer ces parties ? Et quelle contribution peuvent-ils apporter ? En bref, les 5 w (qui, quoi, où, quand, pourquoi) et le “comment” de la collaboration en matière de logement.

La politique du logement dans la nouvelle réalité du développement spatial

Dans la discipline spatiale, la nouvelle réalité, le développement de la zone 2.0 et même 3.0 et les processus alternatifs de développement spatial tels que le développement ascendant ou organique sont discutés. La crise économique a eu des répercussions évidentes dans le monde spatial, ce qui a rendu obsolètes la réflexion systématique et la construction axée sur les programmes.

Let new developments grow organically” résume bien les nouvelles tendances. Comment cela s’inscrit-il dans la politique spatiale ou de logement public ? Des objectifs et des ambitions clairs, mais avec de la place pour les initiatives et les déviations locales, peuvent donner à la nouvelle robustesse. L’objectif central est ici de veiller à ce que les ressources et les instruments ne fassent pas obstacle aux initiatives qui conduisent à une meilleure qualité spatiale.

Vision de la politique locale du logement

Les municipalités sont confrontées à de nouveaux défis dans l’élaboration d’une bonne politique locale du logement. La révision de la loi sur le logement va influencer les relations entre les parties locales. Les tâches des sociétés de logement seront affinées, les rôles et responsabilités des autorités centrales et locales seront redéfinis.

Les taxes des propriétaires et les contributions à l’assainissement auront un impact sur les possibilités financières des sociétés de logement. Le marché du logement ne s’est pas encore remis de la crise économique et la politique locative menace de renforcer la ségrégation dans les quartiers. En tant que responsable de la politique du logement public, comment pouvez-vous aider de manière optimale les autorités municipales à conclure de bons accords avec les sociétés de logement et les organisations de résidents urbains ?

Réduction démographique : ne pas lutter mais guider

La diversité régionale aux Pays-Bas devrait s’accroître dans les années à venir : les régions en croissance, les régions en décroissance et les régions où croissance et décroissance sont toutes deux possibles coexisteront (PBL, 2011). L’habitude à s’accommoder à la croissance démographique, mais la gestion du déclin ou de l’incertitude démographique est une question nouvelle pour de nombreux décideurs politiques peu expérimentés. L’expérience des régions en décroissance montre que la lutte contre la décroissance n’a pas beaucoup de sens et qu’un changement de politique est nécessaire pour gérer la décroissance, de préférence au niveau régional.

Les leçons tirées des régions en décroissance peuvent également être utiles aux régions en croissance et en anticipation, car elles peuvent elles aussi être confrontées à des municipalités ou des quartiers en décroissance, aujourd’hui ou à l’avenir.

Sécurité des quartiers grâce à une approche intégrée et à des choix clairs

Il existe une relation directe entre la sécurité des quartiers et la qualité du parc de logements dans un certain nombre de quartiers à problèmes de Rotterdam. Les logements sociaux, les maisons privées bon marché, les propriétaires qui investissent peu mais réalisent un rendement élevé, ainsi qu’une offre unilatérale de petites maisons et de constructions superposées et un manque d’espace extérieur sont particulièrement attrayants pour les personnes ayant une position socio-économique faible.

Il en résulte souvent des problèmes de nuisances (résidentielles), de fraude, de criminalité, d’habitation excessive et illégale, d’exploitation, de querelles de voisinage, etc. Il ne suffit pas d’investir dans des “pierres”. Une approche intégrale avec une cohérence entre les questions sociales, physiques et de sécurité est indispensable. Cependant, l’orientation, les coûts et les avantages, ainsi que les conflits d’intérêts font régulièrement obstacle à la solution.

Quartier durable

Qu’est-ce qu’un quartier durable ? Tant de gens, tant de souhaits, par exemple une vie confortable et saine, un quartier vert, la sécurité, de bons contacts mutuels, pas de déchets, une maison économe en énergie, la production d’énergie par soi-même dans le quartier ou avec le quartier grâce à des panneaux solaires, etc. Quels sont les besoins et les souhaits des habitants et comment peut-on y répondre de manière appropriée dans le cadre d’un processus de durabilité au niveau du quartier ?

Étude de cas : la facture énergétique représente une part de plus en plus importante des coûts mensuels de certains ménages. La rénovation vers la neutralité énergétique répond à des objectifs de durabilité économique, sociale et écologique. Discuter des évaluations résidentielles de deux projets de rénovation durable dans des quartiers à dominante sociale afin de tirer des enseignements sur la phase de préparation, de rénovation et d’utilisation. Pour les résidents, une rénovation n’est pas un point final, mais le point de départ d’un processus visant à améliorer le foyer et le quartier. Montrer ensuite comment appliquer ces leçons dans une approche innovante au niveau du quartier. En prêtant attention à la conception, à la mise en œuvre, à l’évaluation et à l’apprentissage dans le cadre de processus de durabilité socialement innovants au niveau du quartier et de la commune.

Politique du logement : la normalisation dans une société plus divisée et plus autonome

Presque chaque semaine, vous pouvez lire ou entendre des rapports sur la culture du chanvre, le travail au noir, la violence, les interventions majeures de la police, régulièrement soutenue par le ME ; parfois même par l’armée. L’application à grande échelle n’est-elle pas une forme de gestion des symptômes ? Ou comme le décrit un habitant de caravane : “on arrive en volant comme des mouettes hurlantes, chier partout et disparaître à nouveau”.

La lutte contre le problème a plus de chances de réussir si l’on combine la perspective (soins et assistance) et l’application (coercition et pression). La normalisation s’applique donc à l’ensemble de notre société, y compris aux membres du groupe cible tels que les fonctionnaires qui travaillent avec eux.

Les équipes sociales de quartier permettent aux habitants de s’impliquer davantage les uns avec les autres et cela sert la qualité de vie

Les changements dans le domaine social ont des répercussions sur le voisinage. À Utrecht, il y aura une vingtaine d’équipes de quartier où les habitants pourront aller poser leurs questions dans le domaine des soins, de l’éducation, du travail et des revenus, de la vie en commun.

Les équipes de quartier soutiennent les résidents et discutent de ce qui est nécessaire, de ce que les résidents peuvent faire eux-mêmes et de qui peut les aider. Vous demandez également aux résidents s’ils veulent faire quelque chose en retour pour leurs voisins et le voisinage.