• Partager sur :

Comment devenir agent immobilier ?

Médiation, conseil, gestion : Les agents immobiliers ont une profession variée. Pour exercer cette profession, les futurs agents immobiliers doivent satisfaire à toute une série d’exigences – une simple licence professionnelle ne suffit pas.

Que vous soyez débutant ou que vous changiez de carrière, tout le monde peut devenir agent immobilier. Bien que la profession n’exige pas de formation, d’études ou un certificat de fin d’études spécifique, elle nécessite une licence officielle de courtier, de nombreuses connaissances spécialisées, des compétences sociales, un haut niveau d’engagement, une peau épaisse et la volonté de se former en permanence.

Liste de contrôle : L’autorisation de courtage est indispensable

Toute personne souhaitant travailler comme agent immobilier doit d’abord obtenir une autorisation officielle. Pour les futurs agents immobiliers, cela signifie qu’ils doivent prouver une certaine fiabilité. Cela signifie que le futur agent immobilier n’a pas été légalement poursuivi au cours des cinq dernières années “pour un crime ou pour vol, détournement de fonds, extorsion, fraude, détournement de fonds, blanchiment d’argent, falsification de documents, recel, usure ou crime d’insolvabilité”. Si aucune procédure d’insolvabilité n’est ou n’a été menée sur le patrimoine du demandeur, rien ne s’oppose à son rêve de devenir agent immobilier. Au moins d’un point de vue formel. Si un agent immobilier veut créer sa propre entreprise, il doit également demander une licence de commerce.

Le tout et le tout : connaissances techniques et pratiques

Pour travailler comme agent immobilier, vous avez besoin de plus qu’un simple permis légal. Après tout, sans connaissances spécialisées et pratiques, il est assez difficile d’obtenir des conseils. Un agent immobilier professionnel connaît le marché local, son évolution et ses prix, et connaît l’offre et la demande dans le segment immobilier concerné. Il connaît également le droit des propriétaires et des locataires ainsi que le droit des contrats, le droit du registre foncier, le droit notarial ou le droit de la construction et est informé des modifications de la loi et des jugements en cours. Il devrait également être en mesure de conseiller ses clients sur les questions fiscales et financières.

Formation ou études pour devenir agent immobilier

La manière dont les parties intéressées acquièrent le savoir-faire nécessaire dépend d’elles. Le terme “courtier” n’est pas protégé dans ce pays. La profession ne nécessite donc ni formation ni études.

Un responsable de la communication conseille néanmoins une bonne éducation. Des cours d’études tels que l’économie immobilière ou la gestion d’entreprise avec un accent sur l’immobilier et le logement sont proposés par l’Université des sciences appliquées de Berlin ou l’Université de Ratisbonne. Une formation de spécialiste agréé en immobilier est possible auprès des Chambres de commerce et d’industrie. Toutefois, les cours dispensés par la Chambre de commerce et d’industrie ou d’autres instituts tels que l’Académie européenne de l’immobilier (EIA) ou l’Académie allemande de l’immobilier (DIA), qui coopèrent tous deux avec la DIV, sont suffisants.

“Des cours d’environ 120 heures peuvent fournir les connaissances de base requises pour la profession. Mais c’est déjà le minimum”, explique-t-il. Avec ou sans formation et études, un agent immobilier doit se former en permanence dans le cadre de séminaires et de cours. Dans ce cas, il devrait préférer les prestataires de formation continue certifiés.

Méfiez-vous des fournisseurs douteux

Un succès en trois jours ? Cela semble tentant, mais de telles promesses doivent être prises avec prudence. Les formateurs douteux peuvent reconnaître les courtiers potentiels par le fait qu’ils n’appartiennent à aucune grande association ou fédération et ne demandent pas de qualifications aux candidats. Il faut également tenir compte du rapport qualité-prix : Si l’on veut transmettre toutes les connaissances en deux ou trois jours pour plusieurs milliers d’euros, que les IHK ou les académies de DIV transmettent en deux ou trois semaines, il faut être sceptique. Ce n’est pas réaliste.

Toute personne souhaitant suivre une formation de courtier auprès d’une société de franchise doit prêter attention aux conditions contractuelles et aux frais exacts et à la manière dont la relation entre le courtier et la société de franchise est réglementée dans la période qui suit la formation.

La clé du succès pour devenir agent immobilier : la patience et la persévérance

Les personnes en début de carrière et celles qui changent de carrière doivent savoir que le saut vers le travail indépendant s’accompagne de certains risques”, a déclaré le porte-parole de l’IVD. La profession exige beaucoup d’engagement et d’ambition, de flexibilité et de volonté de fournir des services. “Souvent, vous devez travailler jour et nuit et aussi le week-end. Les clients attendent d’un courtier qu’il soit très flexible à leur égard.

Les acheteurs potentiels de biens immobiliers, par exemple, ne veulent pas se faire refiler des adresses le plus rapidement possible, mais souhaitent être bien conseillés. Cela leur donne le sentiment d’être pris au sérieux. La préparation et la vérification de la propriété impliquent donc beaucoup de travail, car chacun est unique : quelle est sa valeur, quel est l’état du bâtiment, y a-t-il un besoin de rénovation, faut-il délivrer un certificat énergétique ? En outre, un agent immobilier doit faire preuve de patience, car le temps peut s’écouler jusqu’à ce qu’il ait négocié une propriété. De plus, l’offre et la demande déterminent le marché.

Les compétences sociales sont cruciales

Autre caractéristique importante : un bon feeling interpersonnel. En général, un agent immobilier doit aimer traiter avec les gens, être ouvert et communicatif. En tant que consultant, il est notamment une personne de confiance pour ses clients. À ce titre, il doit répondre individuellement aux souhaits et aux besoins, à la situation économique et aux objections des parties intéressées et, de sa propre initiative, signaler les risques éventuels lors de l’achat ou de la vente d’un bien immobilier. De nombreux agents immobiliers travaillent également comme gestionnaires de maisons ou de propriétés. Ils sont donc l’interlocuteur des locataires et des propriétaires ainsi que l’interface entre les deux parties. Cela peut également conduire à des conflits.

Choisir un modèle d’activité

Si les parties intéressées sont à la hauteur de la tâche d’un agent immobilier et que toutes les formalités sont remplies, les futurs agents peuvent choisir entre différents modèles d’activité. Les trois plus courantes sont les suivantes :

Définir le groupe cible

Ceux qui décident de devenir indépendants et d’établir un plan d’entreprise seront tôt ou tard confrontés à la question du groupe cible. Une spécialisation peut aider les agents immobiliers à se démarquer de la concurrence. L’agent immobilier doit d’abord décider s’il faut définir les clients privés ou les clients professionnels comme groupe cible. Si la décision est prise pour des clients privés, il existe plusieurs critères pour les filtrer : entre autres, le lieu de résidence, l’âge ou le sexe. Si la décision est prise pour des clients professionnels, le courtier peut se spécialiser en tant que courtier commercial.

Des conseils supplémentaires : Adhésion à l’association et responsabilité

L’adhésion à une association professionnelle du secteur immobilier n’est pas obligatoire, mais elle est bénéfique pour la personne. Parce qu’il peut servir de preuve de qualité. Des organisations effectuent un examen dit de qualification pour déterminer les connaissances du secteur immobilier. Sans cet examen réussi, on ne peut pas devenir membre de la JIV.

En outre, les associations proposent régulièrement des formations complémentaires et des formations avancées. Mais aussi bien préparé que soit un courtier, des erreurs peuvent se produire. Et cela peut coûter cher. Pour sa protection et celle de ses clients, il est donc conseillé de souscrire une assurance responsabilité civile pour pertes financières. Certaines associations professionnelles obligent même leurs membres à le faire.

Conclusion

La profession de courtier est toujours attrayante. Cependant, elle ne correspond généralement pas aux idées qui prévalent dans le public. “Pensez à un iceberg. La pointe est visible, mais vous ne pouvez pas voir le morceau de montagne, qui est principalement et significativement plus grand. Mais c’est exactement là que se trouvent les grandes tâches et les grands défis d’un courtier”, déclare-t-il. Même si la profession d’agent immobilier ne nécessite pas de formation ou d’études, les agents immobiliers doivent bien connaître l’immobilier et son financement ainsi que les bases juridiques. Un agent immobilier n’est pas seulement un intermédiaire, mais aussi un consultant et une personne de confiance – toute personne qui n’aime pas travailler avec les gens doit absolument éviter ce domaine d’activité.