• Partager sur :

Synthèse de l’étude AFPG sur le marché français de la géothermie en 2011

L’Association Française des Professionnels de la Géothermie (AFPG) vient de sortir une étude inédite, dressant l’état du marché de la géothermie en France en 2011. Dévoilée en avant-première à l’occasion des Journées de la Géothermie, cette étude esquisse pour la première fois le poids de la filière avec ses principaux indicateurs tels que l’emploi, la puissance installée, le chiffre d’affaires généré… Zoom sur quelques-unes de ces principales conclusions…

L’évolution du parc géothermique français

• La haute énergie se caractérise essentiellement par deux installations : l’une localisée en Guadeloupe et l’autre en Alsace.

La puissance totale installée en 2011 est de 17,2 MWe.

• L’utilisation directe de la chaleur basée sur l’exploitation du Dogger en Île-de-France a débuté industriellement dès 1969. Ces doublets fournisseurs des réseaux de chaleur ont connu une renaissance à partir de 2007.

Le parc installée en 2011 pour les usages directs est de 391 MW.

• Développé modestement dès 1980, le secteur de la géothermie assistée par pompes à chaleur n’a connu de véritable croissance industrielle qu’à partir de 2004. Depuis 2008, on observe un ralentissement net du nombre d’installations géothermiques par pompe à chaleur, en particulier pour les petites puissances.

• Le parc total installé en 2011 pour la très basse énergie est de 1.850 MW.

TEP (Tonnes Equivalents Pétrole) et CO2

• Avec 440.000 tonnes équivalent pétrole substituées par an (440 Ktep) pour l’année 2011, la géothermie assure 3,4 % de la production française de chaleur d’origine renouvelable.

• La très basse énergie et les usages directs valorisent près de 407.000 tep par an et la haute énergie environ 33.000 tep par an.

• La géothermie évite l’émission de près d’un million de tonnes équivalent CO2 par an.

Les utilisateurs

• Les réseaux de chaleur et l’ensemble des installations de géothermie assistées par pompes à chaleur permettent d’alimenter près de 455.000 équivalents logements dont 180.000 (40 %) sont alimentés par des réseaux de chaleur.

• La géothermie répond au besoin en chauffage, eau chaude sanitaire et rafraîchissement de plus de 1,2 million de Français (soit 1,8 % de la population française).

Le chiffre d’affaires de la filière géothermique en France

• Le chiffre d’affaires total de la filière est estimé à 0,55 milliard d’euros en 2011.

– La très basse énergie représente plus de 385 millions d’euros ;

– les usages directs environ 120 millions d’euros ;

– et enfin 50 millions d’euros pour la filière haute énergie.

• Une étude menée par l’ADEME estime qu’en 2009 les énergies renouvelables généraient plus de 70.000 emplois.

• Avec environ 4.500 emplois (source AFPG), la filière géothermie pesait en 2009 près de 6,5 % de l’emploi généré par l’ensemble des énergies renouvelables en France.

• L’AFPG estime qu’en 2011 la géothermie compte 4.200 emplois directs.

• Cette diminution du nombre d’emplois est principalement liée à la tendance du marché de la filière assistée par pompes à chaleur pour les maisons individuelles.

Soutenue activement par l’ADEME et le BRMG depuis sa création en juin 2010, l’Association Française des Professionnels de la Géothermie (AFPG) est organisée en trois filières (haute énergie et production d’électricité, usages directs, géothermie assistée par pompe à chaleur). Elle couvre l’ensemble des types de géothermie. Face au défi énergétique qui s’impose, l’association entend bien accompagner et accélérer le recours aux ressources géothermiques abondantes mais encore sous-exploitées.

Davantage d’informations sur le site www.afpg.asso.fr

Synthèse de l’étude AFPG sur le marché français de la géothermie en 2011