achat immobilier
  • Partager sur :

Quelles sont les assurances à prévoir lors d’un achat immobilier ?

Bien souvent, l’achat d’un bien immobilier est synonyme de demande de crédit immobilier. Pour être satisfait, il est presque inévitable pour l’acheteur de souscrire à certaines assurances. Celles-ci sont variées et couvrent des risques bien définis. De plus, chacune d’entre elles comporte des particularités qu’il conviendrait de connaitre pour faire vos prévisions.

Assurance de prêt immobilier

Dans la plupart des cas, l’obtention d’un emprunt pour l’achat d’un actif immobilier ne se fait que sous certaines conditions. L’assurance de prêt immobilier est l’un des éléments les plus demandés dans ce cadre. Elle ne constitue pas une obligation légale, mais sa souscription est souvent exigée par les organismes de prêt. En matière de couverture, elle offre une protection contre les risques les plus récurrents qui peuvent survenir après un achat immobilier. Il s’agit entre autres des risques liés aux éventuelles situations que sont le décès ainsi que la perte totale et irréversible d’autonomie de l’emprunteur. Si vous disposez de cette couverture, l’assurance prend le relais du remboursement de votre prêt, dans les conditions mentionnées sur votre contrat.

Pour aider, certains organismes de crédit immobilier proposent des possibilités d’assurances. Naturellement, celles-ci n’ont pas un caractère obligatoire et vous avez la liberté d’opter pour l’assurance de votre choix. Il faut tout de même que les exigences de l’organisme de prêt soient totalement prises en compte. D’un autre côté, lorsque l’établissement prêteur vous soumet un contrat d’assurance, il a le devoir de vous informer des différentes implications qui y sont liées. Ainsi, il a entre autres l’obligation de vous communiquer les diverses modalités de mise en jeu de l’assurance ainsi que toutes les clauses du contrat.

Les assurances invalidité et perte d’emploi immobilier

L’invalidité figure parmi les situations imprévisibles qui peuvent survenir et vous empêcher de respecter vos engagements vis-à-vis de l’établissement prêteur. Pour être sûrs d’obtenir le remboursement de chaque prêt même en cas d’incapacité, la plupart des organismes prêteurs exigent l’assurance invalidité. À l’instar des autres assurances de sa catégorie, cette assurance rassure la structure de prêt, ce qui contribue à la rendre plus encline à vous donner satisfaction. Toujours au rang des situations indésirables, mais probables, on retrouve la perte d’emploi. En effet, il peut arriver que pour une raison ou pour une autre que vous perdiez votre emploi. Cela constitue une mauvaise nouvelle aussi bien pour vous que pour l’établissement prêteur puisque dans cette situation vous ne seriez probablement plus en mesure d’honorer les échéances. L’assurance perte d’emploi est donc là pour anticiper cet état de choses. Le plus souvent, elle s’adresse aux personnes qui sont salariées au moment de l’emprunt.

Toutefois, il peut arriver que pour des motifs donnés, qu’elle ne soit proposée qu’aux salariés disposant d’une certaine ancienneté ou à ceux qui jouissent d’un CDI. Malgré toutes ces restrictions, il est quand même important de souscrire à cette assurance. Cela se comprend aisément par le fait que nul n’est à l’abri d’une mauvaise surprise. Dans le même temps, vous devez faire preuve de vigilance et lire correctement le contenu de votre contrat d’assurance. N’hésitez pas à solliciter en cas de besoin, de l’aide pour trouver l’offre idéale.

Les assurances de responsabilité civile destinées aux propriétaires et copropriétaires

Ce sont des assurances qui sont destinées à vous aider à réussir votre acquisition et à en assumer les implications. En effet, elles vous confèrent certaines garanties qui sont de nature à vous apporter plus de quiétude. L’achat d’un bien immobilier s’accompagne implicitement de nouvelles responsabilités. Même au-delà, il génère un besoin de souscrire à d’autres types d’assurances. L’assurance habitation en est un exemple concret. Elle vous permet de bénéficier d’un soutien financier en cas de sinistre. Il est donc vivement souhaitable de la prendre au sérieux et si possible de recourir à un courtier en assurance pour dénicher la « perle rare ». Il peut arriver qu’en tant que propriétaire, vous choisissiez de ne pas occuper vous-même le bien immobilier et d’être un simple bailleur. Même dans ce cas, vous avez la possibilité de souscrire à une assurance « Propriétaire-Non-Occupant ». Ce type d’assurance vous fait profiter d’une couverture des sinistres que votre locataire soit là ou pas. Avant votre souscription, n’oubliez pas de procéder à une vérification pour savoir si l’actif immobilier bénéficie d’une assurance encore valable au jour du transfert de propriété.

Dans le cas particulier où votre nouveau bien immobilier fait partie d’une copropriété, il est nécessaire de souscrire à une assurance collective, bien entendu au nom de la copropriété. Cela vous met à l’abri face aux éventuels sinistres qui pourraient survenir dans les parties communes. Hormis cela, en tant que copropriétaire, vous avez l’obligation de vous couvrir au minimum en responsabilité civile. Cette assurance vient en complément à la précédente et prend uniquement en compte les sinistres qui ont leur origine dans les parties qui vous appartiennent.