• Partager sur :

Quand et comment souscrire à un crédit professionnel ?

Le prêt professionnel est un moyen de financement auquel l’entreprise peut avoir recours pour les projets d’investissements nécessaires à l’exercice de son activité professionnelle. Il ne préjuge en rien de sa santé financière.

Qu’est-ce que le crédit professionnel ?

Le crédit professionnel est un produit bancaire spécifique proposé uniquement aux entreprises pour répondre à leurs besoins particuliers. L’un des principaux critères généralement retenus par les banques est de disposer au sein de leur établissement d’un compte professionnel. Ce dispositif de financement peut être utilisé pour la création de l’entreprise ou bien pour répondre à son développement.

Dans quels cas peut-on bénéficier d’un crédit pro ?

Au moment de la création de l’entreprise, pour financer le droit d’entrée dans une franchise, l’achat du fonds de commerce, des locaux, de matériel ou d’outillage. Pour accompagner la vie de la structure, souscrire un prêt professionnel peut servir à financer le dépôt d’un brevet, un besoin en trésorerie ou encore l’achat de parts sociales ou d’action d’une autre entreprise.

Quelles sont les conditions d’un prêt pour professionnel ?

<p>Le crédit pro est un dispositif particulier qui est réservé aux entreprises et auto-entreprises. L’activité concernée, artisanale, commerciale, libérale ou agricole, n’a pas d’incidence sur les conditions. Il fait l’objet d’un contrat écrit entre l’organisme prêteur et l’emprunteur. Ce document recense ses conditions, c’est dire la somme empruntée, le taux ainsi que la durée du crédit. Comme pour un crédit particulier, le taux auquel la somme est prêtée est librement fixé par la banque dans la limite du taux d’usure, c’est-à-dire le taux effectif global maximum que les banques sont autorisées à pratiquer.

Préparer son projet professionnel

Pour mettre toutes les chances d’obtention de son côté, le mieux est de bien préparer son dossier en amont de la rencontre avec les banques. La méthode SMART peut aider à le structurer. Il doit être Spécifique, Mesurable, Atteignable, Réaliste et défini dans le Temps. Afin de rassurer la banque sur la viabilité de l’opération, il est également nécessaire de fournir des informations financières :

  • La solvabilité de l’entreprise (liquidités disponibles, capacité de remboursement, etc.);
  • Un prévisionnel financier (bilan, compte de résultats, étude de marché et de la concurrence, etc.).

Quelques exemples de crédits professionnels

La facilité de caisse qui permet notamment de faire face à un décalage ponctuel de trésorerie entre l’encaissement des factures clients et le paiement des fournisseurs. Cette facilité est généralement octroyée pour quinze jours par mois. Le découvert autorisé est un procédé par lequel la banque autorise l’entreprise à être à découvert pendant une période de un à douze mois. Son montant maximum et les intérêts (agios) sont fixés à l’avance.

Le leasing, ou location avec option d’achat (L.O.A) qui consiste à louer du matériel ou une voiture par exemple, plutôt que de l’acheter. À l’issue de la location, le matériel peut au choix être rendu et échangé contre un modèle plus récent ou bien acheté en payant le solde du prix. L’affacturage est un système qui consiste à céder à la banque ses factures clients contre paiement de leur montant. Cela permet à l’entreprise de disposer plus rapidement des fonds (les factures professionnelles étant souvent payées à trente jours).

Assurance de crédit professionnel

Tout comme les particuliers, les professionnels qui contractent un prêt doivent souscrire une assurance. Ainsi, le prêteur se couvre contre le risque de défaillance de l’emprunteur pour le remboursement de sa dette. Généralement, la banque propose sa propre assurance, mais il n’y a aucune obligation de souscrire à ce contrat. L’assurance peut être souscrite par l’intermédiaire d’un autre organisme.

Pourquoi avoir recours à un prêt professionnel ?

Cela permet à l’entreprise de s’endetter plutôt que de faire entrer des investisseurs au capital. Ainsi, l’entrepreneur conserve le contrôle et toute la propriété de son entreprise sans avoir à grever sa trésorerie. La dette est étalée dans le temps et peut permettre une optimisation fiscale. En effet, lorsque les conditions sont bonnes, c’est-à-dire que les taux sont bas, la somme est empruntée à moindre coût. Par ailleurs, le montant des intérêts sont déductibles du résultat de l’entreprise. Ainsi, la dette contractée permet de réaliser une économie d’impôts.

Un prêt professionnel peut donc être souscrit à différentes étapes de la vie de l’entreprise. Pour sa création, lors d’un investissement ou pour faire face à un imprévu. Dans tous ces cas, le conseiller bancaire, après étude du dossier, est là pour orienter vers la solution la plus adaptée en fonction du projet.