• Partager sur :

L’UMF Aquitaine réagit au projet de loi de Cécile Duflot

À l’approche de l’ouverture du 3ème Salon de la Maison Neuve de Bordeaux, l’Union des Maisons Française Aquitaine s’exprime sur le projet de loi de mobilisation générale pour la construction de logements présenté par Cécile Duflot.

Après la mobilisation de foncier public annoncée par l’Etat, l’UMF Aquitaine poursuit son soutien à la division parcellaire, gage de densification et de mixité sociale.

Alors que Cécile Duflot, ministre du logement et de l’égalité des territoires vient de présenter la loi de mobilisation générale en faveur de la construction de logements au Conseil des ministres, l’Union des Maisons Françaises, se félicite que la Ministre reconnaisse l’urgence d’agir dans ce secteur prioritaire, à la fois dans la vie quotidienne des Français et dans l’économie en général.

L’Aquitaine en faveur de la division parcellaire
L’Union des Maisons Françaises avait attiré l’attention du Gouvernement sur l’aggravation de la crise du logement. Aujourd’hui, la forte baisse de l’accession sociale à la propriété est plus inquiétante encore. En effet, sur les douze derniers mois, la seule primo accession sociale, soit les accédants disposant de 1700 à 2300 euros de revenus nets mensuels, a connu une chute des ventes de 25% contre une moyenne de 19 % tous segments confondus sur le secteur de la maison. Cette chute va entraîner un encombrement encore plus grand du marché locatif et gripper davantage le parcours résidentiel.

La phase de « périurbanisation » pavillonnaire, de masse, engagée dans les années 1980, a fait long feu aux yeux de Didier Armand, Président de l’Union des Maisons Françaises Aquitaine et Gironde. Déjà fortement engagé dans le soutien du processus de division parcellaire(2), il rappelle que ce procédé est exemplaire. Processus d’urbanisation par excellence, il concoure efficacement à la redensification des zones périurbaines et des centres ville, introduisant de la mixité sociale dans les espaces à habiter.

Ce projet de loi de Cécile Duflot prévoit de débloquer du foncier public. Si cette mesure est positive, elle se révèlera notoirement insuffisante compte tenu des besoins et de la tendance actuelle qui permettra au mieux d’atteindre la construction de 300 000 logements en 2012. Il est en effet indispensable de compléter ce dispositif par une mobilisation du foncier privé en luttant contre la rétention foncière.

Il est nécessaire aujourd’hui de réformer la taxation des plus-values immobilières sur les terrains à bâtir en inversant sa logique afin d’inciter les propriétaires privés à mettre sur le marché leurs terrains constructibles.

(1)son président Christian Louis-Victor rappelle à la Ministre que le levier « accession en maison » est très efficace pour relancer le secteur puisqu’il représente plus de 50 % des mises en chantier et des surfaces construites depuis 1975.

(2)Action foncière individuelle, résultant de la décision d’un propriétaire du terrain, la division d’un terrain déjà bâti conduit à la construction d’une (ou plusieurs) nouvelle(s) maison(s). C’est la clé de la densification. Loin d’être marginales, ces initiatives s’imposent comme un mode d’évolution urbaine qui fait sens, remodèle un quartier de tous les points de vue (morpholo-gique, paysager, démographique, sociologique, technique…).