credit immobilier
  • Partager sur :

Le virus Covid 19 a-t-il un impact sur les taux des prêts immobilier ?

La crise sanitaire qui sévit sur le plan mondial depuis neuf mois a des répercussions économiques évidentes. Le confinement qui a été mis en place dans de nombreux pays a révélé des besoins d’ailleurs ou d’habitats différents.

Face au ralentissement généralisé et à la crainte d’un éventuel reconfinement local ou plus étendu, est-ce le bon moment pour acheter tant en termes de prix du marché immobilier que de taux de crédit ?

La récession économique en cause

Dans ce contexte d’économie mondiale au ralenti voire en récession, alors que le gouvernement français s’attend à une récession de 11 % cette année, les banques adoptent une attitude de prudence. Outre toutes les conditions de prêt à respecter, la pérennité de l’emploi des éventuels acheteurs désireux souscrire un crédit immobilier est très observée.

Une hausse des taux en 2020
Alors que le taux de crédit était historiquement bas en décembre 2019 à 1,11 %, il a augmenté progressivement tout au long de l’année 2020. En effet, au deuxième trimestre 2020, juste après le déconfinement en France, une étude de l’observatoire Crédit Logement/CSA a montré que les taux des crédits immobiliers ont augmenté pour atteindre en moyenne 1,25 % au mois de mai et 1,29 % au mois de juin quelle que soit la durée du prêt comme évoqué sur ce site.
Cette augmentation est une conséquence face aux incertitudes financières et économiques en pleine pandémie, même si elle est en partie pondérée par l’allongement de la durée des crédits immobiliers : on constate une durée moyenne de 231 mois actuellement ce qui équivaut 19,25 ans.

Des conditions d’obtention plus drastiques

Le Haut Conseil de stabilité financière (HCSF), instance présidée par le ministre de l’Economie, a imposé des contraintes aux banques sur les conditions d’octroi de crédits immobiliers dès le mois de décembre 2019.
Par conséquent, malgré des taux d’intérêts encore bas, obtenir un crédit immobilier devient de plus en plus compliqué : le taux d’endettement des acheteurs ne doit pas excéder 33 %, ils doivent en outre avoir un apport supérieur ou égal à 10 %, disposer idéalement d’une épargne supplémentaire en sus et la durée ne doit pas être supérieure à 25 ans.
Ces conditions plus strictes ont dissuadé de potentiels acheteurs, notamment les primo-accédants et des investisseurs dont le taux d’endettement est souvent utilisé au maximum.

Emprunter est-il toujours opportun ?

Malgré des prix à l’achat toujours en hausse notamment pour des biens immobiliers qui possèdent un extérieur et malgré la légère hausse des taux de crédit, l’immobilier reste un investissement refuge pour les particuliers même si les conditions sont plus strictes qu’en fin d’année 2019.

Se faire accompagner par un courtier

Face aux conditions plus exigeantes pour obtenir un prêt, l’une des solutions pour monter un dossier solide peut être d’avoir recours à un courtier qui va faire bénéficier les futurs acquéreurs de son expérience et de son réseau de partenaires bancaires. Afin d’aider les emprunteurs à choisir la meilleure banque selon leur besoin et leur profil, le courtier peut tout à fait inclure dans la recherche de financement la ou les banques actuelles des acheteurs.
Sa mission est de les aider à définir le budget dont ils disposent pour leur futur achat et de solliciter les établissements bancaires les plus adaptés à leur demande.

Anne Vaneson-Bigorgne