• Partager sur :

CBRE Group, inc. annonce un bénéfice net ajusté en hausse au troisième trimestre 2012 (2/2)

Résultats par segment au troisième trimestre 2012

Continent américain (États-Unis, Canada et Amérique latine)
• Les recettes ont progressé de 4 % pour atteindre 996,4 millions $, contre 954,2 millions $ au troisième trimestre 2011.
• L’EBITDA a progressé de 2 % pour atteindre 128,7 millions $, contre 126,2 millions $ au troisième trimestre 2011.
• Le résultat d’exploitation s’est élevé à 105,4 millions $, contre 107,0 millions $ au troisième trimestre 2011.
• La croissance des opérations d’externalisation et de courtage d’emprunts dans l’immobilier de commerce ont plus que compensé le repli des recettes dégagées par les transactions de vente et de location.
EMOA (essentiellement Europe)
• Les recettes se sont élevées à 228,7 millions $, soit une baisse de 17 % (9 % en monnaie locale) par rapport aux 276,0 millions $ du troisième trimestre 2011.
• L’EBITDA, avant les dépenses exceptionnelles, a atteint 7,2 millions $, contre 21,1 millions $ au troisième trimestre 2011. En incluant les dépenses exceptionnelles, l’EBITDA du trimestre affiche une perte de 8,1 millions $. Au même trimestre 2011, il n’y avait pas de dépenses exceptionnelles.
• La région a accusé une perte d’exploitation de 31,7 millions $, contre un bénéfice d’exploitation de 17,5 millions $ au même trimestre 2011. La perte d’exploitation enregistrée au troisième trimestre 2012 a inclus une perte sèche non numéraire d’environ 20 millions $ de la part d’une appellation commerciale au Royaume-Uni, ainsi que 15,3 millions $ de frais de compression des coûts, pour un total de 35,3 millions $ de charges. La dépréciation des actifs incorporels non amortissables est incluse dans le calcul de la perte d’exploitation, mais pas dans celui de l’EBITDA.
• L’affaiblissement des résultats est la conséquence de la crise persistante de la dette souveraine européenne et des difficultés économiques en découlant, ainsi que de l’incidence négative des fluctuations monétaires.
Asie-Pacifique (Asie, Australie et Nouvelle-Zélande)
• Les recettes se sont élevées à 200,0 millions $, en baisse de 4 % (hausse de 2 % en monnaie locale) par rapport aux 208,1 millions $ du troisième trimestre 2011.
• L’EBITDA, avant les dépenses exceptionnelles, a atteint 18,7 millions $, contre 22,3 millions $ au troisième trimestre 2011. En incluant les dépenses exceptionnelles, l’EBITDA a été de 16,4 millions $, contre 21,8 millions $ au troisième trimestre 2011.
• Le bénéfice d’exploitation a été de 3,9 millions $, contre 19,3 millions $ au troisième trimestre 2011.
• L’affaiblissement des résultats se doit au ralentissement de la croissance économique, qui a nui à l’activité de vente et de location dans la majeure partie de la région, ainsi qu’aux effets négatifs des fluctuations monétaires.
Gestion mondiale des investissements (opérations de gestion des investissements aux États-Unis, en Europe et en Asie)
• Les recettes ont progressé de 48 % pour atteindre 114,3 millions $, contre 77,4 millions $ au troisième trimestre 2011.
• L’EBITDA, avant les dépenses exceptionnelles, a augmenté de 84 % pour atteindre 36,9 millions $, contre 20,0 millions $ au troisième trimestre 2011. En incluant les dépenses exceptionnelles, l’EBITDA s’est élevé à 22,7 millions $, contre 6,2 millions $ au même trimestre 2011.
• Le bénéfice d’exploitation a été de 12,1 millions $, contre une perte d’exploitation de 0,3 million $ au troisième trimestre 2011.
• Cette amélioration de la performance a été favorisée par les contributions des opérations ING de gestion d’investissements immobiliers en Europe et en Asie, acquises au quatrième trimestre 2011. L’activité mondiale de vente de titres immobiliers a été rachetée à ING le 1er juillet 2011 et a donc été pleinement comptabilisée dans le trimestre actuel et dans celui de l’année précédente.
• Les actifs sous gestion ont totalisé 90,4 milliards $ à la fin du troisième trimestre, soit une baisse de 1 % par rapport au deuxième trimestre 2012 et de 4 % par rapport à la fin de l’année 2011. Cette dernière baisse se doit en partie à la décision des sociétés privées de placement immobilier d’internaliser leur gestion, comme indiqué plus haut.
Services de promotion (activités de promotion immobilière et d’investissement essentiellement déployées aux États-Unis)
• Les recettes ont atteint 17,8 millions $, contre 18,8 millions $ au troisième trimestre 2011.
• Le bénéfice d’exploitation s’est amélioré à 3,9 millions $, contre une perte d’exploitation de 0,4 million $ au troisième trimestre 2011. La période 2011 a inclus des moins-values immobilières, qui ne sont pas réapparues en 2012, ainsi que des primes de rendement supérieures.
• L’EBITDA s’est élevé à 3,8 millions $ pour les deux exercices 2011 et 2012. La progression marquée par le bénéfice d’exploitation au cours de l’exercice 2012 a été compensée par les pertes essuyées par des filiales non consolidées et par l’activité associée à des intérêts non majoritaires ; la perte des filiales non consolidées et les intérêts non majoritaires sont inclus dans le calcul de l’EBITDA, mais pas dans celui du bénéfice d’exploitation.
• Les projets de promotion immobilière en cours ont totalisé 4,6 milliards $, soit une baisse de 0,1 milliard $ par rapport au deuxième trimestre 2012 et de 0,3 milliard $ par rapport à la fin de l’année 2011. L’inventaire des transactions des filières a totalisé 1,9 milliard $, soit une hausse de 0,5 milliard $ par rapport au deuxième trimestre 2012 et de 0,7 milliard $ par rapport à la fin de l’année 2011.
Résultats sur neuf mois
• Les recettes de la période de neuf mois clôturée le 30 septembre 2012 ont été de 4,5 milliards $, soit une hausse de 9 % (11 % en monnaie locale) par rapport aux 4,1 milliards $ de la même période 2011.
• En excluant les dépenses exceptionnelles, le revenu net a atteint 217,5 millions $ (0,67 $ par action diluée) pour la période courant jusqu’à ce jour, respectivement en hausse de 17 % et de 18 % par rapport aux 185,2 millions $ (0,57 $ par action diluée) de la même période de l’année précédente. Les dépenses exceptionnelles (nettes des impôts sur les bénéfices), qui ont principalement trait à l’acquisition des opérations ING de gestion d’investissements immobiliers, aux frais de compression des coûts et à une dépréciation d’actifs, ont totalisé 74,9 millions $ pour la période de neuf mois clôturée le 30 septembre 2012 et 25,8 millions $ pour la même période 2011.
• Selon les PCGR américains (US GAAP), le revenu net s’est élevé à 142,6 millions $ (0,44 $ par action diluée) pour la période de neuf mois clôturée le 30 septembre 2012, contre 159,4 millions $ (0,49 $ par action diluée) pour la même période 2011.
• En excluant les dépenses exceptionnelles, l’EBITDA a gagné 16 %, avec 566,8 millions $, sur les neuf premiers mois de 2012, contre 487,7 millions $ l’année précédente. L’EBITDA (incluant les dépenses exceptionnelles) a augmenté de 13 % pour atteindre 515,9 millions $ au cours des neuf premiers mois de 2012, contre 458,1 millions $ à la même période de l’année précédente. Les dépenses exceptionnelles, qui ont principalement trait à l’acquisition des opérations ING de gestion d’investissements immobiliers, aux frais de compression des coûts et à une dépréciation d’actifs, ont réduit l’EBITDA de 50,9 millions $ au cours de la période de neuf mois clôturée le 30 septembre 2012 contre 29,6 millions $ pour la même période de 2011.

www.cbre.com