• Partager sur :

Baromètre IMMOPRET Janvier 2013 : taux négociés, profils par région et conseils pratiques (2/2)

Se renseigner la renégociation :

La renégociation a concerné 356 familles accompagnées par Immoprêt sur le mois de Janvier 2013. Cette hausse significative des demandes s’explique par la baisse des taux qui permet à tous les emprunteurs ayant souscrit un prêt avant 2011 de bénéficier d’économies importantes.

Exemple de renégociation

Emprunt de 150 000 € en 2009 à 4.5% sur 25 ans, il reste donc 22 ans de mensualités à rembourser.
Mensualité actuelle de 833 € (hors assurance)
Capital restant dû : 139 875 € + Indemnités de Remboursement Anticipé = 3 228 € soit total de 143 103 € à refinancer.
Est proposée une renégociation sur 20 ans à un taux de 3.33%
==> La mensualité passe à 817 €

Deux ans ont été gagnés sur la durée globale soit 24 mois * 833 = 1 9992 €

Les familles accompagnées par Immoprêt en Janvier 2013

Particularité des taux révisables

Les clients qui ont souscrit un prêt immobilier avec des taux révisables enregistrent actuellement une baisse de leurs taux, ils doivent impérativement profiter de la baisse des taux pour sécuriser leur emprunt en renégociant leur prêt à taux fixe.

Zoom sur le marché en ce début d’année

L’activité de transactions est conforme au mois de janvier 2012. Néanmoins, on constate toujours un décrochage dans le neuf.
Les investisseurs répondent peu présents malgré la mise en place du dispositif Duflot.
Immoprêt constate clairement une incompréhension des dispositifs annoncés en fin d’année : refonte de la plus-value, prêt à taux 0, niche fiscale, etc.
Cette absence de lisibilité claire et la communication des pouvoirs publics ne contribuent pas à redonner la confiance nécessaire aux acquéreurs.
De plus, l’incertitude économique toujours présente (hausse du chômage à répétition et une éventuelle baisse hypothétique des prix) plonge l’acquéreur dans un certain attentisme.

Le premier semestre 2013 démarre avec le même manque de vigueur que le premier semestre 2012.

Néanmoins, cette situation devrait rapidement se débloquer compte tenu que l’acquéreur potentiel a comme priorité d’acheter coûte que coûte pour, en ce qui concerne le primo accédant, éviter de payer des loyers à fonds perdus, sécuriser la famille en étant propriétaire.
En ce qui concerne la seconde accession, la tendance reste linéaire. Concernant l’investisseur, en l’absence de prix dans le neuf compétitif, de dispositif fiscal incitatif, il se tournera comme l’année dernière sur le marché de l’ancien ou les SCPI.
Egalement économisés 16€ par mois sur 20 ans de prêt (différence entre les deux mensualités)
= 240*16 = 3840€
Soit un gain global dans cette renégociation de 23 832€

Le profil des acquéreurs par région : janvier 2013

Région Nord :

– L’acquéreur a 34 ans, 1 enfant
– Emprunt : 130583€ avec un apport de 15394 €
– Durée du prêt: 237 mois
– Revenu moyen mensuel (net): 2 228 €

Région IdF :
– L’acquéreur a 35 ans, 1 enfant
– Emprunt : 251770€ avec un apport de 61218 €
– Durée du prêt: 212 mois
– Revenu moyen mensuel (net): 4029€

Région Est :
– L’acquéreur a 32 ans, 1 enfant
– Emprunt : 127441 € avec un apport de 23 244 €
– Durée du prêt: 244 mois
– Revenu moyen mensuel (net): 2 095 €