• Partager sur :

AU 3EME TRIMESTRE 2012, LE LOGEMENT NEUF ENTRE EN RECESSION

Pour le 3ème trimestre consécutif, les ventes de logements neufs par les promoteurs accusent une forte baisse. L’Observatoire de la Fédération des promoteurs immobiliers de France (FPI), qui représente environ 82% du marché, enregistre en effet, au 3ème trimestre 2012, une baisse des ventes de -31% par rapport au 3ème trimestre 2011.

Cette nouvelle dégradation de -31% traduit une aggravation par rapport aux trimestres précédents (-23% au 1er trimestre et -27% au 2ème trimestre). Ainsi, depuis le début de l’année, l’activité commerciale est en retrait de -27% par comparaison aux neuf premiers mois de l’année 2011.
Comme constaté lors des trimestres précédents, le recul des ventes au 3ème trimestre s’explique au premier chef par l’effondrement des ventes à investisseurs individuels (-48% au 3ème trimestre), mais aussi par la baisse des ventes en accession (-7% sur le trimestre). Cette baisse des ventes confirme les analyses faites depuis le début de l’année et s’explique par l’effet conjugué :

• de la forte réduction de l’avantage fiscal accordé à l’investissement locatif ;
• de la faiblesse de l’accession à la propriété dans le neuf, liée aussi bien à la diminution significative de l’aide à l’accession sociale due à la réforme du PTZ+ fin 2011 qu’à l’attentisme des ménages dans un contexte économique incertain ;
• des prix élevés sous le double effet de charges foncières excessives et de coûts de construction renchéris par l’accumulation des normes et règlementations techniques qui ne se traduit plus par l’amélioration de la qualité des logements;
• du durcissement des critères d’octroi de crédit aux acquéreurs, dont les taux restent bas mais dont les conditions sont plus restrictives

Dans ces conditions, la FPI a dû revoir à la baisse le chiffre des ventes prévisionnelles en 2012 qui devrait être compris entre 68 000 et 72 000 unités, soit le niveau le plus bas depuis 15 ans.
Les mises en vente, elles aussi, diminuent très fortement ce trimestre de -29%, portant à près de 20% le recul du nombre de lancements depuis le début de l’année.
La baisse de l’activité commerciale, qui s’accompagne de la baisse du nombre de permis de construire déposés, entraîne dans le même temps un net recul des mises en chantier. Le recul de -17.6% constaté au 3ème trimestre 2012 devrait s’aggraver au cours des prochains trimestres.

L’offre commerciale globale est estimée à 77 000 logements environ à fin septembre 2012, soit 15,6 mois de ventes. Pour autant, 44% de cette offre correspond à des opérations en cours de pré-commercialisation qui pourraient encore être abandonnées. L’offre de logements achevés ou en cours de construction ne devrait guère excéder le chiffre de 35 000 unités, soit 8 mois de ventes.
La baisse des mises en vente de -29% ce trimestre, tout comme le volume limité de l’offre commerciale de logements en chantier, montre la volonté de la profession de réduire le risque de stock.
Pour le 4ème trimestre consécutif, les prix des logements collectifs restent globalement stables sur l’ensemble du territoire observé. Par rapport au 3ème trimestre 2011, les prix enregistrent une progression de +4,0% en province et reculent de 0.9% en Ile-de-France, mais le 3ème trimestre 2011 avait été affecté par des opérations de déstockage, notamment en régions.

Dans ce contexte extrêmement préoccupant, alors même que les besoins de nos concitoyens sont considérables et que la nécessité de construire beaucoup plus de logements est une évidence partagée par tous, il est essentiel que le nouveau dispositif d’aide à l’investissement locatif, à l’examen au Parlement, soit pleinement efficace sur l’ensemble du territoire et que le soutien à l’accession à la propriété soit renforcé par une refonte du PTZ, tout spécialement au profit des ménages les plus modestes.