• Partager sur :

A l’occasion de la Semaine Nationale des HLM, ICF Habitat rend hommage à ses gardiens dans un livre intitulé Profession Gardien

SEMAINE nationale DES HLM « Habiter mieux, bien vivre ensemble »

À l’occasion de la 1ère édition de la Semaine nationale des HLM « Habiter mieux, bien vivre ensemble », organisée par l’Union sociale pour l’habitat du 8 au 16 juin 2013, ICF Habitat publie « Profession Gardien », un hommageà ses 880 gardiens et à leur travail quotidien. À la fois créateur de lien social et gestionnaire de la cité, les gardiens sont les premiers acteurs du « bien vivre ensemble » au sein des résidences.

« Comment donner à voir la réalité d’un métier ?». Des portraits, des récits, des histoires. C’est le point de départ de ce livre. Polyvalents et multitâches, ils sont le maillon essentiel du bon fonctionnement des résidences. « Ils », ce sont les gardiens d’ICF Habitat. Ces hommes et ces femmes dont Patrick Kamoun, historien du logement social et de la vie quotidienne, dit qu’ils sont aujourd’hui « les premiers gestionnaires de la cité ». Une belle reconnaissance pour ces professionnels, qui pourtant lorsqu’on les interroge, se qualifient de travailleurs de l’ombre. Et pour cause, les idées reçues, les images d’Épinal collent encore à la peau de la profession.

« Pour les gens, la gardienne c’est encore la femme de ménage, certains d’entre eux sont surpris lorsque je leur dis que j’ai des diplômes », glisse, aux détours d’une conversation, Véronique Garlopeau, gardienne à Paris. En consacrant quelques 122 pages et plus d’une centaine de photographies à ses personnels de proximité, ICF Habitat ne se contente pas de leur témoigner la reconnaissance qu’ils méritent. Il offre aussi un voyage au cœur d’un métier, riche, passionnant, exaltant. « Lorsque ma mère gardienne est partie en retraite, j’ai postulé pour prendre sa succession. Ce que j’aime dans ce métier, c’est la communication, être dans le relationnel. Et puis les tâches sont diverses : accueil des locataires, rencontres avec les entreprises, travail sur l’ordinateur. Être gardien, c’est exercer un métier riche où l’on apprend tous les jours », raconte Thierry Agaesse, gardien hautement qualifié à Rennes. On l’aura compris, il y a chez les gardiens une fierté certaine à exercer leur profession. Et si la plupart d’entre eux reconnaît avoir choisi ce métier par hasard, tous l’exercent en donnant le meilleur d’eux-mêmes, voire avec une certaine passion.

Quelques morceaux choisis

« Tous les matins dès 6 heures, je suis sur site pour la sortie des containers, ensuite c’est le nettoyage des parties communes et l’entretien des espaces verts. »
Franck Hontang, employé d’immeubles à Bordeaux.

« Ex-dessinateur en bâtiment, j’ai rejoint le logement social parce que j’aime aller au contact des gens. Je ne me voyais pas passer ma vie dans un bureau d’études. » François Marie-Delcasse, gardien superviseur à Nogent-sur-Oise.

« Petits et grands bobos de la vie, je suis à l’écoute de mes locataires […]. Je suis la confidente, celle vers qui ils se tournent spontanément. Du côté des personnes âgées, je suis un peu leur famille, celle qui leur fait oublier parfois le sentiment d’isolement. » Nathalie Dousset, gardienne hautement Qualifiée à Paris.

Extrait de la préface : Patrick Kamoun, conseiller auprès du Délégué Général Union sociale pour l’habitat, Historien du logement social et de la vie quotidienne

Le concierge n’a pas bonne presse en ce début du XXe siècle. Âme damnée du proprio, suppôt du Vautour, ennemi de classe, mal aimé des « locatos », on le traite de commère, geôlier, jacasse… et j’en oublie ! Mais au bout du compte, s’en passer est terriblement difficile ! Le concierge est déjà en première ligne. Il fait écran ; il protège à la fois l’immeuble et son propriétaire. Le logement social, dès son invention, va donner une place de choix au concierge. Il va très vite consacrer le terme de « gardien » et faire de lui un artisan de la relation de proximité avec les habitants. Cette histoire et bien d’autres, nous sont contées dans ce livre qu’ICF Habitat consacre à ses gardiens. Une belle reconnaissance, pleinement méritée, pour ces femmes et ces hommes qui, d’un côté font vivre nos cités Hlm et de l’autre, n’ont pas toujours la vie facile, car ils sont les plus exposés. Ce livre met en avant, j’allais dire sur le devant de la scène, celui qui travaille souvent dans l’ombre. [ …]. Le gardien d’aujourd’hui, premier gestionnaire de nos cités en ressort grandi… J’allais dire beau et fier. À la lecture de cet hommage au métier de Gardien, un seul mot me vient immédiatement à l’esprit : « Respect ! »

Extrait de l’avant-propos : Cécile Queille, présidente-directrice générale d’ICF Habitat

La présence des gardiens chez ICF Habitat remonte à la création du Groupe et à l’édification des premières unités d’habitation, à la veille des années 1930. Aujourd’hui, je salue ces femmes et ces hommes, qui évoquent en leur nom et celui de leurs collègues, toute leur passion pour l’exercice de leur métier. Leurs témoignages montrent combien ils sont incontournables dans nos résidences. Et, à l’heure où le vieillissement de la population exige le développement de services à la personne, leur rôle est empreint d’une utilité sociale essentielle. Leurs compétences et leurs qualités humaines en font d’ailleurs les acteurs clés du « bien vivre ensemble » et les artisans du lien social.

À propos d’ICF HABITAT

Filiale logement de la SNCF, ICF HABITAT investit, construit, gère et entretient un patrimoine de plus de 100 000 logements, dont 40 000 en Île-de-France. Engagé dans une démarche de création de valeur orientée vers ses 300 000 clients, le Groupe mène dans les grandes métropoles régionales, une politique active de développement et de rénovation grâce au travail quotidien de ses 1 940 collaborateurs. ICF HABITAT via ses six sociétés (4 Entreprises sociales pour l’habitat, une société de logements à loyer libre et une filiale de transaction immobilière) et son réseau de 33 agences territorialisées occupe aujourd’hui le quatrième rang des bailleurs français à l’échelle nationale.