Info de l'immo | Le portail de l'immobilier

Quelle installation de chauffage économique choisir pour son habitat ?

Au moment de choisir le mode de chauffage de leur logement, les propriétaires s’interrogent sur la pertinence des différents systèmes, notamment sur le plan économique et environnemental.

En effet dans la mesure où il n’est pas toujours facile d’estimer la rentabilité d’une installation de chauffage, le choix n’est pas si simple compte tenu de l’investissement nécessité pat certains systèmes. Il est alors tout à fait normal de se demander quel système est le plus rentable économiquement parlant entre une pompe à chaleur ou une chaudière gaz, du chauffage électrique ou encore un poêle à bois notamment.

Quelle installation privilégier pour réduire la facture énergétique dans la durée ?

Selon son budget, il peut être tentant d’opter pour la solution la moins onéreuse même s’il faut tenir compte également du long terme et penser son installation sous le prisme de la rentabilité dans la mesure où le prix de la consommation énergétique diffère en fonction du type de chauffage choisi.

Vous souhaitez vous équiper d’une chaudière à gaz ? Les chaudières à condensation sont une bonne alternative par leurs performances et les économies d’énergie qu’elles engendrent. S’agissant de rénovation ou d’un projet de construction neuf, il est à noter que l’installation de chaudière fioul est désormais interdite. Une chaudière à gaz peut permettre de réaliser jusqu’à 25 % d’économies sur sa facture. Pour un prix d’achat et d’installation qui va généralement de 4 000 à 7 000 euros selon les marques, les modèles et leur taille, le coût annuel moyen d’utilisation varie entre 1200 et 1600 euros pour une habitation d’environ 120 m².

Plus chère à l’achat et à installer, la chaudière à bois (en moyenne 12 000 euros), elle est très probablement la plus économique sur le long terme, le bois étant le combustible le moins cher actuellement. Il faut compter un coût annuel d’en moyenne de 600 euros pour un logement de 120 m².

Opter pour une pompe à chaleur peut s’avérer un investissement intéressant en plus du côté écologique et respectueux de l’environnement de ce système de chauffage. Il en existe de différents types et dont les coûts (de 8 000 à 15 000 euros selon le système) et les modes de fonctionnement ne sont pas les mêmes, bien qu’elles fonctionnent toutes sur le principe d’échange thermique entre l’extérieur et l’intérieur du logement. Leur efficacité se mesure en COP soit le rapport entre la puissance consommée et la puissance restituée. Par exemple, un COP de 3 correspond à un rapport d’un watt consommé pour une restitution de trois watts de chaleur par la pompe à chaleur. Qu’elle soit dite air/air quand la chaleur est restituée par un ventilo-convecteur, air/eau quand elle est couplée à un système de chauffage central ou encore géothermique quand elle est couplée à un puits canadien ( elle puise les calories de l’air contenu dans un système de canalisation enterré et déjà préchauffé). Pour une année, en moyenne, il faut compter 900 euros de frais annuels pour pompe à chaleur air/eau et environ 600 euros pour une pompe à chaleur géothermique.

Le mode de chauffage électrique le moins cher à l’achat sera le plus énergivore en matière de consommation selon les appareils choisis : convecteurs, panneaux rayonnants ou radiateurs à inertie

Très à la mode pour son look et ses performances, le poêle à bois ou à granulés est bon système de chauffage qui représente un investissement qui peut aller de 2 000 à 6 000 euros, pour un coût annuel d’achat de bois ou de granulés de 500 euros toujours pour 120 m².

Le choix du système de chauffage est primordial pour garantir la conformité d’une maison neuve au regard de la réglementation RT 2012 qui définit un seuil de consommation énergétique de 50 kWhep/m2/an. A ce titre, la chaudière à gaz (à condensation), la pompe à chaleur et le poêle à granulés sont les systèmes de chauffage qui offrent les performances optimales. Faire procéder au préalable à une étude thermique peut aider à déterminer l’installation de chauffage la plus adaptée pour son futur habitat.

Anne Vaneson-Bigorgne

 

Quitter la version mobile