• Partager sur :

Résultats 2011 : une année exceptionnelle pour le développement de TERREÏS (1/2)

Résultats 2011 :

Patrimoine plus que doublé à 1,085 milliard d’euros
ANR par action en hausse de 8% à 19,69€ (+22 % sur une base pro forma et post augmentation de capital)
Proposition de porter le dividende à 0,57€ (+16%)
Pour 2012, déjà 35% de croissance des revenus locatifs sécurisés

Poursuite de la stratégie opportuniste de concentration du patrimoine vers l’immobilier tertiaire parisien de grande qualité.

Le conseil d’administration de TERREÏS a arrêté les comptes consolidés1 du groupe pour l’exercice 2011. L’ensemble des indicateurs clés est en progression sensible, ponctuant une année riche en événements structurants pour le groupe. Pour mémoire, il convient en effet de rappeler les opérations de fusion avec A&I et d’augmentation de capital début 2011, qui ont donné une nouvelle envergure à Terreïs. Afin de donner une meilleure image des performances économiques du nouveau groupe, les comptes présentés ci-après proposent, en plus des données comptables habituelles de TERREÏS seul, une vision pro forma du nouveau périmètre de TERREÏS sur une base post-fusion, i.e. en intégrant les éléments de résultat ou de patrimoine d’A&I à fin 2010.


*post augmentation de capital

Nouvelle année de forte croissance des revenus locatifs et de la capacité d’autofinancement

Les revenus locatifs de TERREÏS au titre de 2011 s’élèvent à 41,5 M€, en progression de 96% par rapport à l’année précédente. Ils intègrent les revenus issus du patrimoine d’Avenir et Investissement, qui contribuent à hauteur de 6,9 M€ au chiffre d’affaires de la période.
Le maintien d’une gestion rigoureuse des charges dans le contexte de forte croissance a permis de dégager un résultat opérationnel courant de 19,7 M€, en progression de 81% par rapport à 2010.

Le résultat net s’établit à 35,9 M€. Il prend en compte une marge sur cessions d’actifs, nette d’impôts, de 22,3 M€, ainsi qu’un résultat sur éléments exceptionnels de 9,4 M€ correspondant à des dénouements favorables de litiges, intégralement appréhendés dans les comptes,repris des sociétés Avenir & Investissement et DAB Expansion.

Hors ces éléments non récurrents, le résultat net sur activité locative s’élève à 4,2 M€, en progression de 62% par rapport à 2010.
La capacité d’autofinancement progresse de 142% et s’établit à 25,9 M€.

Ces performances ont été obtenues grâce notamment au maintien du taux d’occupation tertiaire à un niveau élevé de 96 % (hors Anjou et Volney acquis volontairement libre de toute occupation).

Un patrimoine plus que doublé à plus d’un milliard d’euros dynamisé par les acquisitions, les revalorisations et l’intégration d’Avenir & Investissement

Au 31 décembre 2011, la valeur expertisée du patrimoine s’établissait à 1 085 M€, plus que doublée par rapport au patrimoine de 458 M€ à fin 2010, et en progression de 61% par rapport au patrimoine de 673 M€ sur une base pro forma intégrant les actifs d’Avenir & Investissement apportés en tout début de 2011.

La réévaluation des biens du groupe, effectuée par les experts de BNP Real Estate, s’est élevée à 86 M€ en 2011, soit une progression de 8,7 % (+13 % sur le patrimoine acquis en 2011). Ces expertises font ressortir un rendement de 6,50% pour l’ensemble des bureaux et commerces détenus et une valeur de 7 259 €/m2 pour les actifs résidentiels en blocs, localisés pour l’essentiel dans l’ouest parisien.

Au cours de l’exercice 2011, l’enveloppe totale des investissements s’est élevée à 345 M€ pour un rendement global moyen de 6,64%. Ces acquisitions concernent principalement Paris (76,5 %) et la première couronne (23,2 %). Par ailleurs, 33,8 M€ de cessions ont été réalisées dans le cadre de la politique de tertiarisation, au fil de l’eau, du patrimoine résidentiel générant une plus value comptable de près de 23 M€.

L’actif net réévalué de liquidation s’élève à 19,69 € par action, en hausse de 7,8% par rapport à fin 2010. Sur une base post-fusion, et en prenant en compte l’augmentation de capital réalisée début 2011, la progression est de 22% (19,69 € par action vs 16,14 € par action). L’impact dilutif de l’augmentation de capital a ainsi été plus que compensé.