• Partager sur :

MARCHE FRANÇAIS DE L’IMMOBILIER D’ENTREPRISE – UNE REPRISE A PETITS PAS (2)

Evolution de l’offre disponible à six mois : avec 4 086 441 m² disponibles à la fin du 1er trimestre 2011, l’offre de bureaux enregistre une baisse de 2 % par rapport à la même période en 2010 mais une légère augmentation de 1 % par rapport au trimestre précédent. Cette hausse, pour partie liée à une activité locative peu soutenue, tient à la mise sur le marché de quelques grandes surfaces neuves (So Ouest à Levallois-Perret, le 32-38 rue Blanche à Paris 9ème) ainsi qu’à la poursuite de la libération d’un nombre important de surfaces de seconde-main.

Evolution des loyers : S’il reste au-dessus du niveau du premier trimestre 2010 (730 €/m²/an), le loyer prime d’Ile-de-France s’établit désormais à 750 €/m²/an contre 760 €/m²/an au trimestre précédent, enregistrant ainsi une légère baisse liée à l’absence de transactions prime dans les secteurs les plus prestigieux de Paris QCA. Mais si l’assèchement de l’offre de qualité pose la question du maintien des valeurs prime à des niveaux élevés, il s’accompagne également, pour les meilleurs immeubles, d’une diminution des mesures d’accompagnement, signe d’une évolution du rapport de forces entre bailleurs et locataires. Dans les autres secteurs géographiques d’Ile-de-France l’évolution des valeurs locatives est contrastée, dépendant de l’équilibre entre le volume de l’offre de qualité et le niveau de la demande des utilisateurs. De façon générale, les mesures d’accompagnement demeurent un élément clé du marché et le moyen d’ajustement des valeurs faciales.

PERSPECTIVES DU MARCHE FRANÇAIS
L’activité des trois premiers mois de 2011 ne permet pas pour l’instant d’entrevoir une forte reprise du marché français de l’immobilier d’entreprise en 2011. Ainsi, les volumes investis dans l’Hexagone ne devraient que modérément augmenter par rapport à 2010 (11 milliards d’euros) tandis que la demande placée de bureaux en Ile-de-France pourrait approcher le niveau de l’an passé (2,1 millions de m²).
L’actualité de ce début d’année a de fait ajouté plusieurs incertitudes à un environnement déjà peu favorable. « A la fin de 2010, la plupart des prévisionnistes anticipaient déjà un ralentissement général de l’économie mondiale pour partie lié aux conséquences de la crise de la dette souveraine ou au renchérissement des cours des matières premières. Si elles restent à mesurer, les conséquences d’une actualité internationale particulièrement chargée, avec notamment les troubles en Afrique du Nord et au Moyen-Orient et la catastrophe japonaise, pourraient encore freiner la reprise et prolonger l’attentisme des investisseurs et des entreprises » selon Olivier Gérard. En France, l’activité pourrait également pâtir de la détérioration du climat politique et social à l’approche des élections de 2012.

L’intérêt d’un nombre important d’acteurs étrangers, la poursuite de l’élargissement des critères d’acquisition des investisseurs et la recherche de rendements plus élevés constitueront toutefois des facteurs favorables pour le marché français de l’investissement en 2011. De même, la rationalisation de l’outil immobilier des entreprises continuera de soutenir le marché locatif des bureaux. « Dans un contexte économique toujours incertain, les grands utilisateurs sont plus que jamais soucieux de réduire leurs coûts immobiliers. Par ailleurs, la RT 2012 entrera en vigueur dès l’automne prochain. S’imposant à toutes les constructions de bureaux, cette nouvelle réglementation thermique permettra d’accélérer la modernisation – et l’attractivité – du parc hexagonal, et entretiendra l’appétit des entreprises pour des bureaux plus performants sur le plan énergétique » conclut Olivier Gérard.

* les dix secteurs géographiques du marché d’Ile-de-France :
Paris Quartier Central des Affaires (QCA), Paris Centre-Est, Paris Rive-Gauche, La Défense, Quartier des Affaires de l’Ouest (QAO), Boucle de Seine, Sud-Ouest, Sud, Est, Nord.

A propos de Cushman & Wakefield
Fondée en 1917, Cushman & Wakefield est la plus importante société privée de conseil en immobilier d’entreprise dans le monde. Avec 234 bureaux répartis dans 61 pays et plus de 13 000 collaborateurs, Cushman & Wakefield propose à ses clients, tant PME que sociétés du CAC 40, une gamme complète de services à travers cinq lignes de métier : la Transaction (service dédié aux propriétaires et aux utilisateurs d’immobilier de bureau, de commerce et industriel), Capital Markets (destiné à aider nos clients investisseurs dans leurs diverses stratégies d’investissement), Corporate Occupier & Investor Services (conseille les grands comptes et les propriétaires dans leur stratégie immobilière), le Conseil et le service Expertise (en charge des évaluations de biens immobiliers et des optimisations de valeur). Leader incontesté de l’immobilier commercial, notre société publie de nombreuses études auxquelles vous pouvez accéder grâce au Knowledge Center sur notre site internet. www.cushmanwakefield.fr

Source : A + CONSEIL