• Partager sur :

L’électronique pour un éclairage économique et flexible

Les détecteurs de présence
Ils commandent l’allumage et l’extinction de l’éclairage par détection infrarouge. Le capteur détecte la présence d’une personne par l’émission de chaleur qu’elle dégage. Le signal est envoyé aux luminaires qui s’allument aussitôt. Le détecteur assure l’extinction automatique des locaux dès qu’il n’y a plus personne. Certains systèmes prévoient un abaissement progressif du niveau d’éclairement, par palier, jusqu’à un niveau de veilleuse.

La variation du niveau d’éclairement
La variation permet d’adapter le niveau d’éclairement aux besoins. Elle offre également la possibilité de conserver en permanence un même niveau d’éclairement : une cellule photoélectrique mesure l’apport de lumière naturelle et module l’éclairage artificiel en conséquence. Cette solution est particulièrement appréciée dans les locaux d’enseignement qui disposent généralement de larges baies vitrées : elle évite ainsi à l’enseignant de se déplacer et garantit un confort visuel constant.

Comme les consommations des tubes décroissent lorsque le niveau d’éclairement s’abaisse, la variation génère automatiquement des économies d’énergie.
Aujourd’hui, détection de présence et variation sont fréquemment associées. Ce dispositif est peu coûteux du point de vue de l’installation électrique (plus d’interrupteurs ni de câblage vertical)

La gestion centralisée de l’éclairage
Les systèmes de gestion d’ambiances offrent la possibilité d’enregistrer et de programmer plusieurs scénarios d’éclairage que l’utilisateur peut activer simplement et modifier selon ses besoins, à l’aide d’une télécommande, d’un écran tactile mural, ou même via son ordinateur. Les fonctions de détection de présence, variation de l’éclairage en fonction de la lumière naturelle, et programmation de scénarios peuvent aussi être combinées au sein d’un système centralisé qui permet de gérer plusieurs locaux dans le bâtiment, et de modifier facilement l’organisation de l’éclairage de l’espace sans avoir besoin d’intervenir sur l’installation.

Le protocole DALI
Le système Dali (Digitable Adressable Lighting Interface) peut contrôler individuellement 64 adresses (points lumineux, quelles que soient les lampes) ou 16 groupes de luminaires (circuits), de mémoriser 16 ambiances d’éclairement et de connaître l’état de l’installation. En réseau, le système est extensible par modules de 64, sans avoir recours à un câblage spécifique. Les luminaires sont normalement regroupés en circuits et câblés sur une sortie d’un module de contrôle ; cette sortie peut alors piloter le groupe de luminaires. Le nombre de luminaires par groupe est choisi en fonction du besoin de flexibilité. La flexibilité maximale est obtenue lorsque l’on utilise une sortie du système de gestion de l’éclairage pour chaque luminaire.

Source : BureauxLocaux.com