• Partager sur :

Collection DolceVita – « LE CHAUFFAGE » – 2- À CHACUN SON CHAUFFAGE

2- À CHACUN SON CHAUFFAGE

Il existe plusieurs manières de se chauffer et à chaque situation correspond une solution qui s’accorde aux besoins des occupants du logement. Dans tous les cas, il convient de bien étudier le coût de l’installation de chauffage, son amortissement et le coût des consommations d’énergie.

Une famille de 4 personnes occupe un appartement en ville et souhaite changer sa chaudière au gaz naturel, âgée de plus de 10 ans

 Quels sont les éléments importants à vérifier avant d’opter pour un renouvellement d’installation ?
– Les émetteurs de chaleur existants, par exemple les radiateurs, doivent pouvoir fonctionner en mode chaleur douce, c’est-à-dire à basse température, pour un rendement maximal : plancher chauffant et/ou radiateurs à chaleur douce. La chaudière peut néanmoins être raccordée à tout type d’émetteurs existants.
– Le conduit de fumée doit être en bon état et compatible avec le nouveau modèle de chaudière. Dans le cas contraire, la pose d’une ventouse devra être envisagée.
– Le « désembouage » des tuyaux (qui alimentent les radiateurs en eau chaude) est à réaliser périodiquement. Cette technique de nettoyage des tuyaux permet d’augmenter la performance du système de chauffage.

 Pour la production d’eau chaude sanitaire (ECS), quel système faut-il privilégier ?
C’est la définition des besoins qui prime.
– Le système instantané produit l’eau chaude au moment où on l’utilise,
– Le système à micro-accumulation permet le stockage de quelques litres d’eau chaude dans un ballon, pour éviter le démarrage du brûleur pour de faibles quantités. Avec un débit d’eau chaude plus important et une meilleure stabilité de température, ce système assure un meilleur confort qu’une chaudière instantanée.
– Le système à accumulation stocke l’eau chaude sanitaire dans un ballon de plus de 30 litres. Pour déterminer le volume du ballon d’eau chaude, il faut estimer la consommation journalière des occupants. Selon l’ADEME, une personne consomme en moyenne 50 à 60 litres d’eau chaude à
45 °C par jour.

 Si la famille dispose déjà d’un système de production d’ECS avec ballon, doit-elle le faire évoluer ?
Non. Si le système donne satisfaction, il suffit de le raccorder à la nouvelle chaudière.

Chaudière à condensation ou chaudière basse température ?
Les occupants doivent avant tout définir leur projet, et notamment :
– estimer le budget dédié à l’installation du nouvel équipement,
– projeter le montant des économies à réaliser,
– évaluer la puissance du système requise selon la taille et l’isolation du logement, sa situation géographique, ses besoins et ses usages (chauffage et/ou eau chaude).
Une chaudière à condensation est généralement plus coûteuse qu’une chaudière basse température, mais possède un rendement supérieur et est éligible au crédit d’impôt. Elle permet de réaliser jusqu’à 20%(1) d’économies d’énergie sur les consommations de chauffage et d’eau chaude par rapport à une chaudière standard moderne. En appartement ou en maison, les chaudières à condensation et basse température s’adaptent aux contraintes de place : au sol ou murales, elles sont compatibles avec tous les types d’espaces.

(1) Source ADEME

Un couple fait construire sa maison en pleine campagne, sans raccordement possible au gaz naturel

 Quelle solution de chauffage adopter ?
Plusieurs options sont envisageables : fioul, électricité, gaz en citerne (butane ou propane) et/ou énergies renouvelables.
La localisation de l’habitat et les besoins du couple sont cependant les principaux critères à prendre en compte.

 Que penser de la pompe à chaleur (PAC) ?
La pompe à chaleur air/eau(1) s’intègre parfaitement à un logement neuf. Elle fonctionne le plus souvent à partir d’électricité et est éligible au crédit d’impôt de 22%(2) sous condition de performance.
Le couple devra veiller au bon dimensionnement de la puissance de la PAC.

 La PAC pourra-t-elle couvrir tous les besoins en eau chaude sanitaire du couple ?
Il peut s’avérer nécessaire de prévoir un système de production d’eau chaude complémentaire. Seuls les modèles de PAC à Très Haute Température (THT) peuvent répondre aux besoins en chauffage et en eau chaude.

 D’autres solutions à énergies renouvelables sont-elles envisageables ?
Oui. L’énergie solaire, par exemple, pour le chauffage et la production d’eau chaude sanitaire, peut fonctionner de façon autonome et n’émet ni gaz à effet de serre, ni polluants, grâce à la pose de panneaux solaires sur la toiture de la maison.
Une chaudière à bois est également une solution pertinente car elle présente un bon rendement énergétique. Son impact sur l’environnement est considéré comme neutre : lors de sa combustion, le bois rejette le CO2 qu’il a absorbé pour sa croissance. De plus, en milieu rural, la livraison et le stockage du matériau sont assez aisés.

(1) La pompe à chaleur (PAC) air-eau récupère les calories présentes dans l’air extérieur du logement et les restitue aux émetteurs de chauffage : plancher chauffant, ventilo-convecteurs à eau, radiateurs.
(2) Selon l’article 105 de la loi du 29 décembre 2010 de finances pour 2011.

Source : Agence Wellcom