• Partager sur :

« Clairement immobilier » invite Jacques DABOUDET à l’antenne

Olivier CASADO a récemment invité Jacques DABOUDET, PDG de CAPIFRANCE, et Jean LAVAUPOT, PDG de MEGAGENCE et président du SYREMI, dans son émission « Clairement immobilier » pour comprendre ce qui fait le succès des réseaux de mandataires. Un concept reconnu comme étant un modèle d’avenir mais souvent décrié par les agences traditionnelles. Jacques DABOUDET se livre dans une discussion ouverte et défend le professionnalisme de son enseigne : CAPIFRANCE.

L’interview de Jacques DABOUDET s’est déroulée au siège d’ARTEMIS, holding de la société financière Pinault et principal actionnaire de CAPIFRANCE.

Dans un premier temps, le PDG de CAPIFRANCE revient sur une année 2012 positive avec plus de 1 000 ventes par rapport à l’année précédente et nous confie être satisfait de ces résultats malgré le déclin du marché immobilier français qui affiche une perte d’activité de -22%.

CAPIFRANCE tire son épingle du jeu grâce à la diversification

Jacques DABOUDET explique un tel succès par la diversification des métiers et les spécialités de CAPIFRANCE. En effet, le réseau offre 3 métiers principaux : l’immobilier ancien, neuf, commerces et entreprises, ainsi que des spécialisations comme le viager ou le prestige. Autant de possibilités et de biens pour répondre à toutes les demandes. En 2013, CAPIFRANCE devient partenaire d’Immobilier neuf et propose une offre plus complète de programmes. Le réseau développe également l’activité viager, marché en pleine expansion.

Une forte dimension humaine, un atout incontestable

Les 1 400 conseillers indépendants sont toujours accompagnés par les 75 collaborateurs du siège, les tuteurs, les directeurs régionaux et les 80 coaches départementaux. « CAPIFRANCE est une véritable communauté qui va encore s’agrandir » selon Jacques DABOUDET qui a l’ambition de recruter 500 nouveaux conseillers en 2013. Il revient également sur les formations qui sont dispensées gratuitement et en illimitées pour chaque conseiller. C’est cette dimension humaine qui fait tant défaut aux agences traditionnelles. Jean LAVAUPOT le confirme, « les agences traditionnelles souffrent de deux problèmes majeurs : elles ne savent pas former et ont du mal à maintenir leurs effectifs ». Par ailleurs, avec l’arrivée d’internet et de l’hyper-mobilité, le passage en «boutique» n’est plus nécessaire.

Les réseaux de mandataires s’inscrivent alors dans un modèle d’avenir.
Jacques DABOUDET et Jean LAVAUPOT attendent désormais une évolution de la loi Hoguet, qui pourrait faire certifier chacune des formations suivies par les conseillers. Un pas de plus vers la professionnalisation.
Le PDG de CAPIFRANCE conclut sereinement : « finalement le client n’attend qu’une seule réponse : « du sérieux, du professionnalisme et de la sécurité, peu importe le statut ! »

Retrouvez l’intégralité de l’interview en cliquant sur le lien ci-dessous :
http://www.youtube.com/watch?v=8sdKnSkF96k