• Partager sur :

Chantier de l’Observatoire de l’atmosphère du Maïdo sur l’île de la Réunion

Une bâtiment HQE® « invisible », en intégration totale avec son environnement, sur un site protégé.

Le Maïdo, à 2220 mètres d’altitude, à l’Ouest de l’Ile de la Réunion. Au-delà de ses attributs touristiques, le Maïdo est réputé pour être un point d’observation névralgique dans le domaine de l’étude atmosphérique et climatique.Fort de son implantation sur l’Ile de la Réunion au travers de sa filiale MILLET Océan Indien, l’entreprise PIERRE & BOIS a été attributaire du lot « menuiseries » et s’est associée au savoir faire du Groupe MILLET pour ce programme très particulier. Piloté par le cabinet d’architecture réunionnais NWA RUN, ce projet atypique est en phase d’être livré (fin du 1er trimestre 2012). Retour sur les temps forts de ce chantier unique.

Architecture de l’invisible
L’observatoire du Maïdo respecte les principes de la démarche HQE® visant à améliorer la qualité environnementale des bâtiments neufs et existants. Le projet s’est notamment conformé aux 14 cibles permettant de structurer la réponse technique, architecturale et économique du Maître d’Ouvrage. Outre le choix des matériaux et la mise en oeuvre, l’appel d’offres comprenait un important cahier des charges sur le plan de la gestion et de l’élimination des déchets.

Encadré par de très importantes exigences urbanistiques, environnementales et techniques, l’ouvrage de 1000 m² repose sur une conception architecturale « invisible » privilégiant la longueur et la faible hauteur du bâtiment. Ainsi, l’ensemble très plat épouse discrètement les courbes de la montagne. L’observatoire est divisé en trois parties. Un tiers de l’édifice accueille 6 chambres pour les scientifiques ainsi qu’un espace réservé aux mesures chimiques. La seconde partie est destinée aux mesures des paramètres physiques (gaz à effet de serre, ozone, vapeurs d’eau, etc.). Le dernier tiers est destiné à recevoir les appareils de mesure de haute altitude (télescopes à laser, lidars, etc.)

Le bâtiment est composé d’une structure en béton banché coulé sur site. Les planchers en pré dalles ont été préfabriqués dans une usine à proximité et mis en oeuvre sur place sur des tours d’étaiement. Pour répondre à la volonté d’intégrer totalement le bâtiment au paysage, l’architecte Stéphane Delarue du cabinet NWA RUN, a opéré un travail minutieux sur l’enveloppe du bâtiment :

Habillage des façades en bois et en pierres naturelles récupérées sur site
Système de toiture végétalisée à très faible pente
Toiture zinc et verrière
Brise-soleil en bois.
L’isolation thermique est assurée par la combinaison d’un complexe isolant par l’intérieur et d’un chauffage au sol. La production en eau chaude étant assurée par des chauffe-eau à panneaux solaires (NDLR : dans cette région, les températures peuvent être négatives en hiver).

L’isolation thermique est assurée par la combinaison d’un complexe isolant par l’intérieur et d’un chauffage au sol. La production en eau chaude étant assurée par des chauffe-eau à panneaux solaires (NDLR : dans cette région, les températures peuvent être négatives en hiver).

Source : fpa.fr