• Partager sur :

ALEXIS TRICOIRE 4 nouveaux grands projets en design et végétal : Lyon Confluences, Paris, Fontainebleau, La Grande Motte ……

AUTOUR DE SES QUATRE RÉALISATIONS MONUMENTALES POUR LE NOUVEAU CENTRE UNIBAIL LYON-CONFLUENCES QUI SERA INAUGURÉ LE 4 AVRIL PROCHAIN, LE DESIGNER-PLASTICIEN DU VÉGÉTAL ALEXIS TRICOIRE SIGNE CE PRINTEMPS 4 AUTRES PROJETS MAJEURS :

30 mars : inauguration nouvelle boutique
Duhaubois/Perene, Paris 7è
4 avril : inauguration nouveau centre commercial
Unibail Lyon-Confluences
31 mai-3 juin : Jardins, Jardin aux Tuileries, Paris
12-13 Mai : ville de Fontainebleau, événement
“Les Naturiales”
Juin : nouveau Casino Partouche
à la Grande Motte

VERS DE NOUVEAUX TERRITOIRES DE NATURE
Designer de formation, Alexis Tricoire explore depuis 2006 les limites du possible entre le design et le végétal, le végétal et l’architecture, la plante et l’objet. En tant que “plasticien du végétal”, terme qui lui semble le plus juste pour définir son travail, il est aujourd’hui un acteur majeur d’une discipline en pleine mutation qui se libère “vers sa deuxième génération” en entrant dans les projets à grande échelle. Le signe d’une nouvelle prise en compte du végétal dans le conscient collectif pour l’espace public.

“Depuis le mur végétal de l’hôtel Pershing Hall à Paris, premier projet d’envergure et “grand public” signé Patrick Blanc avec Andrée Putman, le végétal est devenu un nouveau traitement de surface pour les architectes marquant une première révolution. 10 ans après, le végétal se libère du mur et des contenants expérimentaux à petite échelle pour trouver une nouvelle voie à travers des objets, des mises en scènes, des formes utilisant les nouvelles technologies pour vivre durablement dans des conditions extrêmes. On arrive à une sophistication de l’objet intimement liée aux nouvelles sources d’éclairage, aux technologies d’hygrométrie, d’irrigation… et qui parallèlement, met à contribution tous les process du design. Les réalisations monumentales comme celles créées pour Unibail à Lyon Confluences qui mettent en oeuvre des budgets conséquents témoignent d’un nouvel essor et de la prise en compte que le végétal doit conquérir de nouveaux territoires dans l’espace urbain” .

“… Je comprends combien ce designer est en avance sur son temps en matière de conscience écologique. Depuis ses travaux aux côtés de Patrick Blanc, où des tubes à essai géants emplis de plantes apparaissaient en lévitation, sa plateforme à l’allure techno réunissant trois milieux aqueux destinée à des chercheurs pour étudier trois espèces végétales, jusqu’à sa fameuse bulle Babylone, son goût pour la végétation luxuriante s’appuie sur une technologie scientifique prospective. Ses créations ressemblent alors à des cadavres exquis, des suites d’idées spontanées, d’allers et retours qui d’un coup prennent sens comme une fulgurance.”
C.M

De haut en bas et de gauche à droite : “Tipi Harmonie”, Jardins Jardin aux Tuileries 2010 – Île, scénographie exposition “Folies Végétales” Patrick Blanc, Espace Electra 2006 – Lustre “Babylone” éditions Greenwork 2009-2011- Scénographie exposition “Folies Végétales” Patrick Blanc, Espace Electra, 2006 – “Coeur baroque”, exposition “Exubérance Baroque” Château de Versailles 2011 – Ruban d’eau et coussin “Green PIllow” éd. Art Terre, Jardins jardin aux Tuileries 2011 – “Extensions Tentaculaires”, Centre d’ Art la Maréchalerie, Versailles 2011 – “Nuages de Tulipes” pour la soirée des 50 ans de la MACIF 2010.