• Partager sur :

1. François Scellier dresse le bilan du dispositif Scellier à l’occasion de la présentation du baromètre de l’OIP

1. François Scellier dresse le bilan du dispositif Scellier à l’occasion de la présentation du baromètre de l’OIP

Une reprise d’activité qui se confirme mais qui reste fragile et dépendante des futures mesures fiscales

« Observer plus loin pour observer mieux… Dix-sept ans après sa création, l’Observatoire Immobilier de Provence vient d’étendre ses activités à l’Est du Var. Cette nouvelle progression dans le champ d’investigation géographique de l’OIP traduit deux points forts de notre observatoire : la confiance des professionnels de la grande famille de l’immobilier qu’il est parvenu à mériter et plus encore, le caractère incontournable de l’outil d’analyse et de décision que nous avons construit année après année…. »
Extrait de l’édito de Jean-Luc Lieutaud, Président de l’OIP.

Pour la présentation du Baromètre du 1er semestre 2010, l’OIP a souhaité changer la formule de ses rencontres, pour être encore plus au cœur de l’actualité, avec la présence exceptionnelle de François SCELLIER, Député du Val d’Oise et rapporteur spécial du budget du logement pour aborder, conjointement, le dispositif Scellier, son évolution à la veille de la présentation de la nouvelle loi de Finances 2011, son avenir… mais également présenter la conjoncture immobilière régionale au 1er semestre 2010 avec, notamment, l’impact du dispositif Scellier.

Zoom sur les familles de l’acte de bâtir.

Le marché locatif privé sur Marseille : Un constat mitigé.
________________________________________
A l’image des autres grandes métropoles, le marché locatif privé reste frileux à Marseille avec une mobilité résidentielle qui recule encore par rapport à 2009 et une vacance locative qui s’allonge, en progression de plus de 12% sur un an, pour atteindre son niveau le plus haut depuis 1998. En cause notamment : le peu d’efforts d’amélioration et d’entretien du parc puisque seuls 10,7% des biens ont été représentés sur le marché après travaux depuis le début 2010 contre 16,3% en 2006 et 21,1% en 2002. A Marseille, le niveau moyen des loyers de marché se situe à 12,4 €/m² au 2ème trimestre 2010, avec une hausse des prix des loyers enregistrée pour tous les logements (2,2 %), excepté pour les 5 pièces dont les loyers reculent à nouveau de 2,3%.

Les transactions dans l’ancien : un marché solide.
________________________________________
Depuis le début de l’année, les volumes de ventes dans l’ancien ont augmenté de 30%, confirmant les signes de reprises du dernier trimestre 2009. Des disparités sont toutefois à prendre en compte : si les studios tiennent le haut du pavé avec une hausse des prix de 13% en un an, les grandes surfaces peinent le plus à profiter de la crise. L’évolution varie aussi selon la situation géographique des biens. Côté appartements, au 31 mai, une hausse des prix de + 9% a été relevée sur la Côte Bleue, tandis qu’une baisse de –11% est enregistrée sur le secteur Cassis – La Ciotat tandis qu’Aix-en-Provence est stable. Pour les maisons, une évolution des prix de + 18% a été observée sur Gardanne tandis qu’une baisse de 10% est à noter sur Marseille. Les acquéreurs locaux représentent 87% à 95% des transactions, tandis que les franciliens et les étrangers constituent 3% et 1% des acquéreurs du département.

Les transactions dans l’ancien : les facteurs de résistance à la baisse des prix.
________________________________________
Les prix sont restés stables au cours de ce 1er semestre 2010 alors qu’ils avaient enregistré une hausse de 82% au cours des dix dernières années. Cette tendance est confirmée par le sondage FNAIM-IFOP dans lequel la majorité des Français déclarent envisager une stabilité des prix au cours des prochains mois. Il en est de même avec les professionnels interrogés qui déclarent trouver en Province une offre excédentaire, pénalisée par des niveaux de prix trop élevés (dans 76% des cas) mais qui est à relativiser compte tenu des capacités d’emprunt élevées. Le volume d’activité s’établit toujours à un niveau inférieur de -25% par rapport aux années 2001-2007.

Source : Accès Presse